Archives de
Catégorie : Actualité

Évangile du jour

Évangile du jour

  • Évangile : « Ils virent Jésus qui marchait sur la mer » (Jn 6, 16-21)
    Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Christ est ressuscité, lui qui a tout créé ; il a pris en pitié le genre humain.Alléluia. Évangile de Jésus Christ selon saint Jean Le soir venu, les disciples de Jésus descendirent jusqu’à la mer. Ils s’embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l’autre rive. C’était déjà les ténèbres, et Jésus n’avait pas encore rejoint les disciples. Un grand vent soufflait, et la mer était agitée. Les disciples avaient ramé sur une distance de vingt-cinq ou trente stades (c’est-à-dire environ cinq mille mètres), lorsqu’ils virent Jésus qui marchait sur la mer et se rapprochait de la barque. Alors, […]

Lettre de rentrée du Directeur Diocésain

Lettre de rentrée du Directeur Diocésain

La culture de la perfection nous abîme.

Le présupposé qu’une personne qui a été appelée à la Mission possède intrinsèquement toutes les qualifications, les compétences, les connaissances dans des registres aussi variés et complexes que nécessite l’acte éducatif est illusoire.

Il nous faut apprendre à nous libérer de cette culture de la perfection qui nous abîme et qui nous conduit à des niveaux d’exigence identique pour tous dans tous les registres alors que ce qui caractérise notre humanité est la richesse de nos différences, que cela soit sur le plan intellectuel, physique, spirituel…

Le réenchantement de l’école est une démarche qui nous invite à vivre mieux notre mission éducative dans l’Eglise pour l’épanouissement de tous et en premier lieu des enfants que nous confient, en toute confiance, les familles.

Un de nos plus grands défis consiste à admettre que nous sommes faillibles et que plus notre responsabilité est grande, plus nous devons accepter de la partager avec nos pairs, afin que la plus petite partie de la mission confiée à chacun participe à l’accomplissement d’une plus grande mission qui nous échappe et nous dépasse.

La complexité de l’acte éducatif nous rend modestes et nous amène à être dans une posture d’éternel apprenant.

Cela ne signifie en rien qu’il faille se contenter de peu ; bien au contraire, être exigeant envers nos élèves est un gage d’amour dont ils nous sauront gré pour peu que cette exigence soit bienveillante.

Dans nos établissements catholiques d’enseignement, nos communautés éducatives sont invitées à s’interroger sans relâche sur leur approche de l’acte éducatif afin que chacun soit heureux et s’épanouisse : le maître, l’apprenant et sa famille.

Bonne année scolaire à chacun.

Fred BIENVENU

Directeur Diocésain

 

« On n’accomplit jamais de grandes choses, seulement des petites choses avec amour. »

Mère Térèsa